<   2016年 12月 ( 5 )   > この月の画像一覧
サビオラの声、アイマールの声。
さっきから必死に書いたのに、消しちゃいました。ちなみに先日も書きかけの記事を間違えて消してしまい、何を書いたのかも忘れました(涙)保存機能をアップさせてよ、エキサイトブログ~!!

サビオラがまたomunisportに、そしてアイマールが今年の春に出版した本の記念イベントに参加し、アルヘンで記者の質問に答えています。サビオラの記事はGoal.comに出ていますが、日本語版の方はさいごの2行を機械翻訳にでも書けたのか、へんてこな訳。英語版をおすすめします。動画もありますよ!アイマールの記事はTyCsportsなどに出ています。こちらも動画あり。

a0159012_18134214.jpg
Saviola: If I'd thought about Barcelona's history, I'd never have left the dressing room
fonte:sportal
ここなら貼れました。

a0159012_18134451.jpg
fonte:tycsports

* * *

サビオラはバルサに来た当時を振り返って、「当時は若すぎて、これから行く(バルサという)クラブがどれほどのビッククラブかを理解してなかったんだ。僕に支払われていた給与の額や、満員のカンプノウでプレーすることがどういうことなのか、認識してなかった。でもそれらを自分の中で消化してなかったことが良かった。もし当時の僕が給与の額やファンで埋め尽くされたカンプノウ、クラブの歴史なんかを意識してしまっていたら、ロッカールームから出られなかっただろうからね(笑)」

そしてこれからもフットボールに関わりたいって。1月からコーチになるためのスクールに行くんですって。「それが目標でもあり、未来でもある。」
「いつも言うように、フットボールのおかげで僕は望み以上の、予想すらつかなかった多くのものを手に入れることができたんだ。たくさんのクラブ、歴史ある名門のクラブで、多くの素晴らしい選手と一緒にプレーできた。彼らの一員になれたと感じるんだ。それは素晴らしいことだったよ。」

***
いつも前を向くサビオラらしいですね。最近、本当に最近ようやく、サビオラが引退したという事実に気づいたんです(苦笑)あまり頭で考えたくなかったというか、言われてみて「あ、やっぱりそうなんだ」という感じ。でもアンドラで新しい生活を始めているハビは、いつもみたいに楽しそう。わたしも変わらず、声を聞くだけでワクワクしてしまいます。
おっと次はパブロの番だ。明日以降になってしまいますが、またお伝えします!

続きにハビの原文を貼っておきますね。adeu!



More
[PR]
by la_fraise7 | 2016-12-28 18:29 | Noticias | Trackback | Comments(7)
エマトマ
昨日、電動アシスト自転車の後部座席から娘を降ろすときに、娘の足が引っかかって自転車がわたしの足の後ろ側に倒れてきました。電動アシスト自転車はそれ自体がとても重く、20キロ以上あります。今、わたしの左足のふくらはぎの下と、太ももの横には直径7センチくらいの大きなまあるいあざがあります。

もちろん、痛みとかそういうのもあるのですが、あざができて最初に浮かんだ言葉が、「hematoma」。スペイン語でエマトマと言い、血腫、浮腫という意味。ひどい打撲などで、血液が集まってできたこぶのことです。サッカー記事を読んでいるときに頻繁に出てくる「頻出用語」でした。

サビオラもよく削られたなぁ。
見てる分には慣れちゃってたけれど、あれも実際痛いんだろうなぁ。
(自分の足を見て)なんか試合後のサッカー選手みたいな足だなぁ。

なんて考えている自分がいます。
もうクラシコもチャンピオンズシップも、ニュースで見てへぇと思う程度の興味しかないのだけれど、サッカーを見ていたんだなぁと遠い記憶がよみがえります。

あざとか、英語でブルーズというよりも、hematomaという単語が出てくるなんて…(苦笑)

これもフットボル時代の名残ですね。^^

*追記:ちなみにスペイン語で「打撲」はcontusionです。oの上にチルデ(アクセント記号)が付きますが、まだつけ方がわかりません(汗)

[PR]
by la_fraise7 | 2016-12-22 11:20 | いろはにほへと | Trackback | Comments(0)
誕生日特集。
ま、あれですよね。あとで追記すると書いて続かなかったケースなんて山ほどありまして(^^;)
ま、今更それほど需要もないだろうと思うので、違う話題にいこうと思ったのですが、せっかくだから各国の「今日が誕生日のスポーツ選手」特集記事でフランス、イタリアとブラジルの記事を紹介します。

まずはフランス。35歳にちなみ、35個のエピソードを紹介!やることが凝ってる!
*この下に含まれる動画などは下記をクリックして、記事元でご覧ください。

  1. //
  2. // ANNIVERSAIRE DE JAVIER SAVIOLA

35 ANECDOTES SUR JAVIER SAVIOLA

Aujourd’hui, le 11 décembre 2016, Javier Saviola fête ses trente-cinq piges. L’âge de la raison pour celui qui a décidé de raccrocher les crampons l’été dernier après avoir pas mal bourlingué au cours des années 2000 et 2010, laissant des souvenirs, pas toujours mémorables, à chacun de ses passages. En voici déjà trente-cinq.

1. Coiffure. À River Plate depuis ses huit ans, il fait ses classes avec Fabrizio Coloccini, dont il moque déjà quotidiennement la fameuse coupe de cheveux.

2. Au quartier. Entre deux entraînements, il continue de tâter du ballon sur les terrains déglingués de Parque Chas, l'un des quartiers de Buenos Aires.

3. Parrain. En 2013, alors qu’il évolue à Málaga, il investit d’ailleurs dans l’Asociación de Fomento Parque Chas, le club de son enfance, au bord de la faillite. Résultat : l’équipe évolue désormais sur de nouveaux terrains et peut s’entraîner dans un gymnase tout neuf.

4. Baptême. À seize ans, après seulement un entraînement avec l’équipe professionnelle, il est du déplacement au Gimnasia y Esgrima de Jujuy. C’est le seul attaquant sur le banc, alors, pour pallier la blessure de Cristian Castillo après seulement quinze minutes, il entre et marque son premier but vingt minutes plus tard. « Quand je marque, je ne savais pas comment le fêter. J’avais seize ans » , confiera-t-il quelques années plus tard.


5. Globe-trotter. Il a joué dans six pays différents : Argentine, Espagne, Italie, Portugal, France et Grèce. Et même pas un petit passage au Qatar.

6. Lapin. C'est le portier argentin Germán Burgos qui lui trouve le surnom qui l’accompagne aujourd’hui encore : « El Conejo » (Le Lapin, en VF), rapport à sa vitesse et son habilité, mais aussi à ses petites dents de lapinou. Lui préfère toutefois qu’on le surnomme « El Pibito » , le petit enfant.


7. Autographes. Néanmoins, à dix-neuf ans, il faisait déjà preuve d'une grande maturité. Il déclare dans une interview à la FIFA : « J'essaie de me comporter comme un professionnel sur et en dehors du terrain. Cela inclut signer des autographes et donner des interviews. Mais il y a une limite à tout. Je n'ai pas envie d'être avalé par tout ça, et j'ai le droit d'avoir une vie privée. »

8. Goleador. Dès sa deuxième saison à River, à seulement dix-huit ans, en 1999/2000, il inscrit dix-neuf buts en trente-trois matchs et termine meilleur buteur du tournoi d’ouverture.

9. La belle Vérone. On l'a totalement oublié, mais à la fin de sa carrière, Saviola a joué à l'Olympiakos et... au Hellas Vérone. Luca Toni+ Javier Saviola, cela aurait pu faire des étincelles. Finalement, cela a donné une relégation en Serie B.

10. Pantouflard. Il admet lui-même ne pas être quelqu'un d'extravagant. «  Qu'est-ce que je fais de mon temps libre ? J'aime rester chez moi et écouter de la musique. La célébrité ne m'a pas du tout changé. » Fun.

11. Pibe. « Quand je le vois jouer, j'en ai la chair de poule » , dira de lui Diego Maradona, visiblement fier que les médias fassent de Saviola son successeur désigné.

12. Main de Dieu. En novembre 2004, lors d’un match opposant l’AS Monaco à Liverpool, El Conejo pousse même la ressemblance avec Diego en marquant l’unique but de la rencontre après s’être aidé de la main. Pas un hasard, finalement : Javier Saviola a confié à plusieurs reprises considérer Diego Maradona comme le meilleur joueur de tous les temps.

13. Vœux. En 2001, un journaliste lui demande quels seraient ses trois plus grands vœux. Réponse de l'intéressé : «  1. Le meilleur pour ma famille et mes amis, la bonne santé avant tout. 2. Devenir un footballeur connu et qui gagne de nombreux trophées avec le FC Barcelone. 3. Participer à une Coupe du monde, pourquoi pas la prochaine au Japon et en Corée, et devenir champion du monde. » À noter que « gagner le championnat grec avec l'Olympiakos » ne faisait pas partie de sa liste.


14. T-shirt. Au cours des années 2000, l’icône Maradona est mal en point. Saviola lui rend alors visite à l’hôpital et lui donne un T-shirt. Quelques semaines plus tard, El Conejo ouvre les journaux et voit une photo de son idole en train de quitter l’hôpital avec son T-shirt. « J’ai cru que j’allais mourir » , a-t-il déclaré.

15. Barça. Fier de sa réputation, Saviola débarque au Barça en 2001 pour trente-six millions d’euros, dont six pour l’agent de l’attaquant. Un record pour le club catalan à l’époque.


16. Papa. Pour convaincre ses dirigeants de le laisser rejoindre l’Espagne, le buteur leur envoie une lettre signée de sa main réclamant un départ immédiat afin de soigner son père, Roberto, gravement malade. Le Barça pouvait en effet aider à payer les soins. Son papa décédera la veille d’un match opposant le Barça à Wisła Cracovie. Son nom orne désormais l’une des tribunes du stade de Parque Chas.

17. Basket. Son père a d'ailleurs joué pendant de longues années au basket. Mais Javier ne s'est jamais intéressé au gros ballon orange. Lui a toujours préféré le foot.

18. Nike. En 2002, aux côtés de Ljungberg et de Luis Enrique, il met un grand pont à Edgar Davids lors de la fameuse publicité Scorpion KO de Nike. Pas sûr qu'il ait osé tenter la même chose en vrai.

19. Loco. Malgré une première saison réussie au Barça (17 buts en 36 matchs), Marcelo Bielsa ne le sélectionne pas pour la Coupe du monde 2002. El Loco lui préfère notamment le vieillissant Claudio Caniggia. Pas rancunier, Saviola considère aujourd’hui encore Bielsa comme l’entraîneur « le plus intelligent et le plus complet » avec lequel il a eu l’occasion de travailler.

20. Champion du monde. En 2001, il remporte la Coupe du monde des moins de vingt ans, fait partie de l’équipe type du tournoi, termine meilleur buteur de la compétition (onze buts) et est élu meilleur joueur du tournoi : «  Devenir champion du monde dans notre pays face à nos propres supporters, et remporter toutes ces récompenses individuelles, ça a été l'un des meilleurs moments de ma carrière professionnelle. »


21. Monaco. Débarqué à Monaco en 2004 pour succéder à Morientes, l’Argentin avoue avoir suivi les conseils de Marcelo Gallardo et de Lucas Bernardi sur ce coup.

22. Hat-trick. En juillet 2004, dans le cadre de la Copa América, il inscrit un hat-trick en moins de quinze minutes face à l’Équateur, lors d'une victoire 6-1 de l'Argentine.


23. Transferts À l’été 2006, après une pige à Séville, il refuse quatorze offres de transfert et reste au Barça. Où il squatte le banc toute la saison. Un choix judicieux, en somme.

24. Clash. Au cours de la saison 2006/2007, les tensions entre Rijkaard et lui montent d’un cran quand l’entraîneur hollandais déclare ceci : « Saviola est mon septième choix en attaque, derrière Eto'o, Ronaldinho, Messi, Giuly, Guðjohnsen et Ezquerro. » Un brin revanchard, Saviola signe gratuitement au Real Madrid au cours de l’été 2007. Joan Laporta s’en offusquera et comparera l’attitude de son ancien attaquant à « un comportement de voyou  » .

25. Voisins. Il adore s'entourer d'Argentins, partout où il va. En 2008, lors d'une interview à l'Argentina Independent, il déclare : « Mes voisins viennent d'Argentine. Partout où j'ai voyagé en tant que footballeur, j'ai rencontré des Argentins. C'est incroyable. Nous sommes partout. »


26. Numérologie. En arrivant au Real, il tente en vain de conserver son fameux n°7. Problème : ce numéro appartient à Raúl. Saviola se contentera du n°18 avant de récupérer, pour sa deuxième saison, le n°9.


27. Nul en anglais. Au cours de l’été 2008, il refuse de rejoindre ses compatriotes Jonás Gutiérrez et Fabrizio Coloccini à Newcastle pour deux raisons : parce que Bern Schuster compte a priori sur lui et, plus étonnant, parce qu’il ne comprends pas l’anglais.

28. Clash bis. Quelques semaines plus tard, le technicien allemand le déclare pourtant « indésirable » et se justifie ainsi : « Saviola est un bon joueur, mais ce n'est pas un battant. S'il n'est pas aligné, il ne va pas tout donner pour gagner sa place, il attend que la titularisation lui tombe du ciel. Dans un grand club, ça n'arrive que très rarement. »

29. Danseur. Il adore danser le tango et le flamenco. Dans une interview au Guardian, il a d’ailleurs confié rêver d’enseigner quelques pas de tango à la princesse d’Espagne, Letizia.

30. Toutou. En 2011, sa compagne, le mannequin argentin Romanella Amato, poste une jolie photo de famille sur Twitter, où elle pose avec Javier et leur chien, Dali. Un cliché aussi mignon que gênant. Avec les yeux du chien qui font flipper.


31. Mauvais souvenir. Lorsqu'il débarque à Monaco, il est accueilli par ses nouveaux coéquipiers, parmi lesquels un certain Gaël Givet. Les deux hommes s'étaient déjà croisés lors de la Coupe du monde U20, quand Saviola avait inscrit un triplé face aux Bleuets. « Saviola est un super joueur. J’en garde un très mauvais souvenir. Je l’avais au marquage lors du championnat du monde des moins de vingt ans, et il nous avait marqué trois buts dont un qui était pour moi, car j’étais un peu court. Son arrivée est une très bonne nouvelle. J’espère qu’il va très vite s’adapter.  » Oui oui, très vite.

32. Hinchas. En 2013, lors du jubilé d'Ariel Ortega, Saviola est conspué par le public de River Plate. Une grosse partie des « hinchas » lui reproche alors un manque d'amour du maillot. Trois ans plus tard, pourtant, ils sont plus de trois mille à venir lui souhaiter la bienvenue pour son retour à River Plate.


33. Messi. En 2003, un tout jeune joueur de seize ans vient s'entraîner avec les pros de Barcelone : Lionel Messi. Lors d'un entraînement, Saviola lui flanque involontairement un coup sur le nez. Pour se faire pardonner, il lui offre son maillot. « Ça ne faisait pas longtemps qu'il avait commencé à s'entraîner avec nous et il a pris un sacré coup sur le nez. J'ai décidé de lui envoyer un maillot. Maintenant, c'est moi qui lui en demanderai un ! »

34. Andorre. En septembre dernier, El Conejo, désormais installé en Principauté d’Andorre, a intégré le staff technique d’Ordino, un club de première division andorrane. Ambitieux.

35. Chape. Selon les informations de Radio Continental, Javier Saviola aurait fait part de sa disponibilité pour venir jouer gratuitement pour Chapecoense, à la suite de la tragédie connue par le club brésilien. Les crampons ne sont donc peut-être pas définitivement raccrochés.

PAR MAXIME DELCOURT


More
[PR]
by la_fraise7 | 2016-12-16 11:40 | Noticias | Trackback | Comments(0)
Feliz Cumple, Javi!
Te deseo lo mejor este gran dia!

どの動画にしようかなと思ったんですが、これは17か18の時のTV出演ですね。
Simplemente Futbolというアルヘンでとても人気の番組に出演して、デビュー当時のエピソードなどを話しています。

これも上記のVTRと同じ人がナレーションを担当している、アルヘンで作られたサビオラのバイオグラフィ番組です。生い立ちから、母親のマリィさん、親友のアレハンドロさん、小学校の先生も登場して幼き頃のハビを証言します。普段は落ち着いていたけれど、レクリエーションの時間にサッカーが始まると、もう叫んだり、ゴール決めたり、それはそれは動き回って活発だったそう(おそらく)。お母さまが将来を心配していくら「勉強もしてね」と言っても、ハビ少年は明けても暮れても⚽、サッカーだったということです。1歳の誕生日に写真を撮ろうとして、おもちゃをあげても笑ってくれなくて、親戚のおじさまからのプレゼントだったサッカーボールを渡したらはじめてニコリと笑ったというエピソードも。

中盤からはリーベル、アルヘン代表としてのゴール映像も。2006年のW杯のgolシーンもありますよ!

これはベンフィカ時代のベンフィカTV番組(1時間)に出演したインタビュー番組です。この番組に関しては全訳した覚えがあるので、このブログ内のどこかを探してみてください(…リンク貼れ?)今度時間があるときに探してリンク貼っておきます(^^;)ポルトガル語懐かし~。

a0159012_08540347.jpg

写真貼ろうと思ったんですけれど、やり方がよくわからなくて時間かかるのでまずはこれ。さて、これはどこのユニでしょう?(笑)


chau!



[PR]
by la_fraise7 | 2016-12-11 08:55 | Notas | Trackback | Comments(0)
再開。
Hola! Como estais?
今気づきましたが、windowsでのスペイン語のアクセント記号のつけ方がわからない。
というわけで、当面アクセント記号を付けないで書きます…って、たぶんスペイン語覚えてないからあまり書かないと思うんだけど(笑)

師走ということでみなさんお忙しいと思いますが、今日ふとカレンダーを見て、あれ、サビオラの誕生日って今日だっけ、いや明日だっけとわからなくなってしまいました。パブロなら11月3日と忘れないのになんでだ?(苦笑)明日ですよね?(自分のブログで確認してみた)良かった~。

これを機に、このブログも徐々に再開を目指していきたいと思います。時間がないといえばないけれど、でもきっと、「時間が足りない」と言っていたらきりがないし、何もできない。習慣の力って恐ろしいというか、すごいですね。昔はよく毎日書けたなぁ…。

さて、いろいろお伝えしたいこともありますが、まずはサビオラの近況を。
これ、笑っちゃう。スペインのメディアasが質問をして、サビオラが時間を置かずに
どんどん答えていくというクイズ動画があって、サビオラの相変わらずの天然ぶりに受けました(笑)

http://as.com/videos/2016/12/09/portada/1481302433_733642.html?autoplay=1
下の画面をクリックしても動画に飛べます↓

何が面白いって、過去所属したクラブを挙げていってもらうシーンで、サビオラがひとつ忘れていたクラブがあって。それがあろうことか、キャリア最高の時期だったであろう○○だったんですよ!!え、どこかって?それは動画を見てチェックしてくださいね♡

答えはmoreをクリック!







More
[PR]
by la_fraise7 | 2016-12-10 18:39 | Noticias | Trackback | Comments(0)